Comment choisir un SSD sur une vente flash

Quel SSD acheter ? En temps normal, nous vous dirons simplement de suivre notre guide du meilleur stockage. Mais lors des ventes flash, comme au Black Friday ou pendant les vacances, les recommandations basées sur des prix normaux deviennent quelque peu hors de propos puisque les meilleures offres vont souvent à des lecteurs moins connus (modèles, capacités, etc.), qui peuvent valoir la peine d’être achetés à un prix sain. réduction.

Dans ce scénario, vous pouvez être confronté à plusieurs questions telles que… QLC est-il aussi bon que TLC ? Les SSD ont-ils vraiment besoin de DRAM ? Pourquoi les SSD ont-ils des formes différentes ? La capacité du SSD affecte-t-elle ses performances ? Ce petit guide vous guidera pour découvrir les différences fondamentales entre tous les types de SSD grand public. Ainsi, lorsque vous verrez un SSD en vente, vous saurez s’il s’agit d’un bon achat pour vous.

NVMe vs SATA SSD

L’interface du SSD détermine non seulement les vitesses de transfert, mais aussi si vous pourrez l’installer dans votre système. Pendant des années, les SSD ont utilisé la même interface SATA que les disques durs et étaient soit de forme/forme similaire aux disques 2,5″ utilisés dans les ordinateurs portables ; soit ils utilisaient le facteur de forme mSATA plus compact, qui était similaire au Mini PCIe utilisé par des appareils tels que comme cartes réseau.

Le SATA 3.0 devenant une limitation des vitesses de transfert à environ 560 Mo/s, l’interface NVMe le remplace efficacement, se connectant directement au processeur ou via le chipset de la carte mère avec plusieurs voies PCIe, pour des vitesses beaucoup plus rapides.

De nombreuses cartes mères ont plus de connecteurs qu’elles ne peuvent en utiliser en même temps, donc quel que soit votre choix de SATA ou PCIe, vous devez vérifier si l’utilisation d’un connecteur dans ce mode en désactiverait un autre dont vous avez besoin.

Le Crucial MX500 est à peu près aussi performant qu’un disque SATA peut l’être. Si vous voulez un lecteur NVMe, le Western Digital Black SN_750 offre actuellement un excellent rapport qualité-prix.

Carte d’extension vs SSD M.2

La plupart des SSD actuels, SATA et NVMe, utilisent le facteur de forme M.2, qui prend en charge jusqu’à quatre voies PCIe pour un SSD NVMe.

Avec M.2, les SSD PCIe 3.0 permettent des vitesses de transfert allant jusqu’à 3 500 Mo/s, tandis que les SSD PCIe 4.0 bénéficient de vitesses allant jusqu’à 7 000 Mo/s, tant que votre CPU et votre carte mère prennent en charge l’interface 4e génération plus rapide.

La plupart des SSD M.2 sont crantés selon la clé M, qui prend en charge jusqu’à quatre voies PCIe et SATA. Certaines cartes mères plus anciennes ont des emplacements M.2 qui prennent en charge la clé B et seulement deux voies PCIe en plus de SATA.

La plupart des SSD qui utilisent SATA ou deux voies PCIe sont à double encoche selon les deux clés pour la compatibilité, cependant…

Tous les SSD M.2 ont une largeur de 22 mm. Les plus courants mesurent 80 mm de long et sont appelés « 2280 ». Les ordinateurs portables, et principalement les ultrabooks, n’ont parfois de la place que pour des SSD de 42 mm de long, appelés « 2242. Les tablettes telles que la Surface Pro 8 utilisent des SSD de 30 mm de long (« 2230 »). Les SSD de 60 mm de long (« 2260 ») sont largement pris en charge, mais pas courants. Les rares qui mesurent 110 mm de long (« 22110 ») ne sont pas pris en charge par les appareils grand public.

Comme alternative au M.2, certains SSD PCIe se présentent sous la forme de cartes d’extension, ressemblant à de petites cartes graphiques et installées de la même manière. Le facteur de forme plus grand peut compenser le manque de prise en charge PCIe 4.0 d’une carte mère en utilisant huit voies PCIe 3.0, ou accueillir un contrôleur plus puissant qui nécessite un meilleur refroidissement. Une autre alternative est un SSD U.2 2,5″ qui peut être connecté à un slot M.2 avec un câble adaptateur.

L’AN1500 de Western Digital est probablement le SSD le plus rapide lorsqu’il est connecté à une carte mère ou à un processeur PCIe 3.0 uniquement. Si votre système prend en charge PCIe 4.0, alors le 980 Pro de Samsung est un premier choix.

QLC vs. SSD CCM

Dans les SSD modernes, les cellules des puces flash sont constituées de niveaux, chaque niveau stockant un bit (0 ou 1) de données. La plupart des SSD utilisent aujourd’hui des cellules à trois niveaux (TLC) ou des cellules à quatre niveaux (QLC). Le terme « cellules à plusieurs niveaux » (MLC) était à l’origine utilisé pour décrire les cellules à deux niveaux, mais le terme « MLC à 3 niveaux » utilisé par Samsung signifie simplement TLC.

L’ajout de niveaux aux cellules leur permet de stocker exponentiellement plus de données dans le même espace physique, mais les rend également exponentiellement plus lentes à écrire. La bonne nouvelle est que vous ne le remarquerez pas immédiatement grâce aux mécanismes de mise en cache intelligents.

La plupart des SSD utilisent une partie de leur espace de stockage libre comme cache de cellules virtuelles à un seul niveau (SLC) en écrivant uniquement sur le premier niveau des cellules. Une fois le cache épuisé, le lecteur se dégrade à sa vitesse d’écriture « native ». Dans le cas de QLC, cette vitesse peut être similaire à celle d’un disque dur.

Qu’il ait QLC ou TLC, moins votre SSD a d’espace libre, plus son cache SLC sera petit et plus le temps pendant lequel il pourra maintenir sa vitesse d’écriture maximale sera court.

Si vous avez vraiment besoin d’un SSD de 8 To, le Sabrent Rocket Q est le meilleur choix pour vous. Si vous pouvez vous débrouiller avec 4 To ou moins, le Rocket 4 Plus de la société fonctionnera de manière plus cohérente grâce à son flash TLC.

SSD sans DRAM ou SSD équipé de DRAM

Afin de cartographier où les données de chaque fichier sont physiquement stockées dans les puces flash, la plupart des SSD s’appuient sur leur propre RAM locale – généralement 1 Mo de RAM pour chaque Go d’espace de stockage – mais ce n’est pas toujours le cas.

Les SSD NVMe utilisent souvent le tampon mémoire hôte (HMB) pour utiliser une partie de la RAM du système pour la tâche. Dans les SSD M.2 plus courts, cela peut être fait afin d’économiser de l’espace physique. Dans les SSD plus grands, le but est de réduire les coûts.

Lorsqu’un lecteur qui utilise HMB est presque vide, le manque de DRAM embarquée ne nuira pas sensiblement à ses performances. Cependant, si vous y stockez des centaines de Go de données, la vitesse à laquelle il trouve les fichiers peut devenir plusieurs fois plus lente (mais toujours beaucoup plus rapide qu’un disque dur).

Avec les SSD SATA, les choses sont plus complexes. Au lieu de la RAM du système principal, les SSD SATA sans DRAM utilisent leurs propres puces flash, qui sont beaucoup plus lentes que n’importe quel type de RAM. De plus, le stockage de l’index en constante évolution de toutes vos données sur les puces flash peut accélérer leur usure et nuire à la durée de vie de l’appareil. Pour cette raison, nous ne pouvons que recommander un SSD SATA sans DRAM comme solution temporaire.

Si vous recherchez un lecteur NVMe court, alors le Rocket Nano sans DRAM de Sabrent est votre meilleur pari. Au lieu d’acheter un disque SATA sans DRAM, vous devriez rechercher quelque chose comme le Western Digital Blue SSD (2018), qui n’est jamais loin des meilleurs disques SATA, et souvent moins cher en vente.

250 Go contre 500 Go SSD

Au cours de la dernière année, la demande de PC à bas prix pour travailler à domicile a rendu les disques SSD de 250 Go presque aussi chers que leurs versions de 500 Go. Lors d’une vente flash, cependant, un SSD de 250 Go peut soudainement coûter le même prix par Go qu’un lecteur similaire avec une capacité double. La question est de savoir si le lecteur de 250 Go sera un bon rapport qualité-prix dans cette situation ?

Cela peut ne pas être le cas pour deux raisons : 1) même s’ils utilisent le même pourcentage de leur espace libre comme cache SLC que les disques de plus grande capacité, les disques plus petits ont toujours des caches SLC plus petits pour commencer. 2) Parce qu’ils utilisent moins de puces flash, ils peuvent ne pas tirer pleinement parti d’un contrôleur conçu pour écrire sur plusieurs puces simultanément.

Dans les lecteurs NVMe, vous le remarquerez peut-être immédiatement : par exemple, la version 250 Go du Samsung 980 (non Pro) est conçue pour une vitesse d’écriture maximale de 1 300 Mo/s, tandis que la version 500 Go est conçue pour le double de cette vitesse.

Dans les disques SATA, vous ne verrez peut-être la différence qu’une fois le cache SLC rempli. Les versions Crucial MX500 250 Go et 500 Go démarrent toutes deux des écritures longues à environ 450 Mo/s, mais lorsque leurs caches SLC sont pleins, la version 250 Go tombe à 200 Mo/s, tandis que celle de 500 Go reste à un respectable 400 Mo/s.

Si vous voulez un bon SSD de 500 Go à un prix abordable, pensez au Samsung 980 (non Pro). Au lieu d’acheter la version 250 Go, vous devriez vous tourner vers la version 500 Go du Blue SN550 de Western Digital pour un prix similaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *