Anatomie d'un moniteur –

Vous en regardez un en ce moment. Il peut être assis sur un bureau, collé sur un mur ou bercé dans votre main. Les moniteurs ont des millions de composants, mais nous ne voyons généralement qu'une seule chose. C'est parfois du noir et parfois un véritable arc-en-ciel de couleurs. On ne parle pas des moniteurs avec le même genre de passion fervente que les processeurs et les cartes graphiques, mais ils sont tout aussi importants.

Presque tous les appareils informatiques en ont besoin pour être utilisés, donc l'intérieur des moniteurs doit être quelque chose de spécial, oui? Eh bien, il n'y a qu'une seule façon de le savoir. Préparons-nous et préparons le théâtre pour une autre dissection fascinante d'un matériel crucial.

Série Anatomie du matériel informatique de

Vous pouvez avoir un ordinateur de bureau au travail, à l'école ou à la maison. Vous pouvez en utiliser un pour élaborer des déclarations de revenus ou jouer aux derniers jeux; vous pourriez même être en train de construire et de peaufiner des ordinateurs. Mais connaissez-vous bien les composants qui composent un PC?

Une image peint mille mots

Avoir un affichage visuel de la sortie d'un système informatique est un élément crucial de l'ensemble, et nous en sommes entourés – des moniteurs connectés à des ordinateurs de bureau, des écrans d'ordinateurs portables, de tablettes et de smartphones; même les téléviseurs modernes sont essentiellement un ordinateur de base de nos jours.

Le type de technologie le plus couramment utilisé dans tous ces domaines est un Affichage à cristaux liquides et presque tous les moniteurs de PC en contiennent un à l'intérieur.

Notre victime volontaire dans cette leçon d'anatomie est un moniteur LCD Hewlett Packard LA2306x, fabriqué en août 2012. À l'époque, c'était un moniteur décent orienté bureau, mais pas le meilleur pour les jeux. Comme tous les écrans, il s'agit essentiellement d'une grande grille de points colorés (éléments d'image ou pixels) qui ont été modifiés plusieurs fois par seconde donnent une sortie visuelle fluide à partir d'un ordinateur.

L'écran est techniquement classé un nématique torsadée, transistor à couche mince, affichage à cristaux liquides (TN TFT-LCD). Ne vous inquiétez pas de ce que cela signifie pour le moment. Il mesure 23 pouces de diagonale (d'un coin à l'autre) et la disposition des pixels est telle qu'il y a 1920 colonnes et 1080 lignes – mieux connu sous le nom de résolution du moniteur. Ce type d'affichage nécessite une source de lumière pour rendre les pixels visibles, et le nôtre utilise une bande de LED blanches le long du bas de l'unité.

Les panneaux TFT-LCD sont tellement utilisés que les fabricants du monde entier (la majorité basés en Chine et à Taiwan) en produisent des milliers chaque jour. Dans une fonctionnalité précédente "Display Tech Compared: TN vs VA vs IPS, Quelle est la différence?" nous avons examiné en détail les différents types de panneaux TFT-LCD et nous avons couvert la différence entre les 3 types les plus populaires:

  • Nématique torsadée – TN
  • Commutation dans le plan – IPS
  • Alignement vertical – VA

Vous devriez certainement lire cela si vous voulez en savoir plus sur les différences entre les panneaux d'affichage, nous ne couvrirons pas cela dans cet article, mais l'unité que nous utilisons pour notre leçon d'anatomie est un panneau TN, ce qui est très courant car c'est le moins cher à produire.

Bien que ce ne soit pas évident à partir de ces images, l'écran est vraiment mince – un peu moins de 50 mm (2 pouces) de profondeur. Oui, il y a des moniteurs là-bas qui sont si sveltes, ils font ressembler celui-ci à une boîte; mais par rapport aux moniteurs d'autrefois, ils prennent très peu de place sur votre bureau.

En retournant le moniteur et en retirant le support, nous pouvons voir une pléthore d'étiquettes indiquant que le produit répond à toutes sortes de normes de l'industrie, en matière de conformité électrique et environnementale. Notez également que les 4 trous de montage pour le support sont distants de 3,94 pouces (100 mm) – c'est parce que la disposition du support a été conçue pour répondre aux spécifications définies par le Association des normes de l'électronique vidéo (VESA, pour faire court), pour permettre au moniteur d'être fixé à différents supports ou supports muraux.

Les fentes de ventilation à l'arrière sont nécessaires, car bien que le moniteur n'utilise pas beaucoup d'énergie (42 W au maximum), une accumulation de chaleur endommagerait le panneau LCD. À gauche de l'arrière, il y a une prise pour brancher un câble électrique principal standard, et les entrées vidéo sont sur la droite.

Ce moniteur particulier prend en charge 3 méthodes de connexion et de signalisation différentes. Chacun trace essentiellement l'évolution de cette technologie d'affichage. De gauche à droite, nous avons:

La prise USB à l'extrême droite n'est pas destinée à une connexion vidéo: il y a deux ports USB sur le côté du moniteur, et cette prise est utilisée pour les connecter à un ordinateur.

Alors, quelle est la différence entre les connexions?

Le VGA est entièrement analogique, ce qui signifie que les informations sur la couleur de chaque pixel, pour que l'écran s'affiche, sont envoyées via 5 tensions distinctes. Celles-ci sont limitées par la rapidité avec laquelle elles peuvent varier et leur précision, ce qui limite le nombre total de pixels à colorier et la fréquence à laquelle l'écran peut être mis à jour.

Les systèmes DisplayPort et DVI-D sont entièrement numériques, prennent en charge plus de pixels et des fréquences de mises à jour plus élevées. En utilisant un signal numérique, les données peuvent être compressées pour permettre encore plus de données à envoyer, ou codées pour la sécurité; il permet également d'utiliser d'autres formats de couleur.

Pour ce moniteur particulier, cela ne fait aucune différence, car le nombre de pixels et la fréquence de mise à jour sont bien dans les capacités des 3 méthodes de connexion. Ce modèle est également un peu inhabituel, car la plupart des moniteurs du même âge auraient proposé une autre connexion numérique: HDMI (High Definition Multimedia Interface). Celui-ci et DisplayPort sont les deux que vous trouverez sur la majorité des moniteurs aujourd'hui.

Est-ce que l'un est meilleur que l'autre? Oui, mais pour la plupart des gens, il n'y a pas grand-chose entre eux. Actuellement, la dernière version de DisplayPort est 2.0, mais aucune carte graphique ne le prend encore en charge – à la place, la plupart prennent en charge la 1.4a. Il prend en charge des résolutions plus élevées, à des fréquences de mise à jour plus rapides et avec une meilleure qualité de couleur que HDMI 2.0b (la version la plus récente de cette connexion fournie par les processeurs graphiques).

Mais nous parlons ici d'extrêmes, comme la résolution 8K (7680 x 4320 pixels), donc pour la majorité des utilisateurs, peu importe que vous utilisiez DisplayPort ou HDMI.

Donnez-moi du pouvoir et du contrôle

Ouvrons le moniteur et voyons ce qu'il y a à l'intérieur. Nous avons dû retirer soigneusement de nombreuses couches de protection pour saisir cette image:

Le panneau LCD est en haut, soulevé pour que nous puissions voir l'électronique utilisée. La carte de circuit imprimé à droite prend l'électricité du secteur et la convertit en une gamme de tensions de courant continu faibles – le câble à l'extrême droite alimente l'écran, et le petit à côté est destiné aux boutons de commande du moniteur.

Un examen plus approfondi de cette carte montre qu'elle ressemble un peu à l'intérieur d'un bloc d'alimentation PC (elle fait un travail très similaire, après tout). Le circuit imprimé supplémentaire en haut fournit l'alimentation et le contrôle à l'électronique d'affichage.

Jetons un coup d'œil à cette section des tripes du moniteur:

Nous pouvons voir les connecteurs d'affichage en haut, les entrées d'alimentation et de contrôle en bas à droite, la sortie vers le panneau LCD en bas et la connexion aux ports USB supplémentaires à gauche.

La grosse puce au milieu est un pilote d'affichage LCD MStar Semiconductor. Il prend le signal de sortie vidéo de l'ordinateur et détermine quand et comment activer tous les pixels du panneau. Chaque moniteur en aura un, mais certains sont plus avancés que d'autres.

Un aspect important de cette puce est appelé le horloge pixel – il détermine combien de pixels peuvent être gérés par seconde, et dans ce modèle HP, il fonctionne jusqu'à 165 MHz pour les entrées numériques et 200 MHz pour l'analogique. Le panneau de ce moniteur a un total de 1920 x 1080 = 2.073.600 pixels, donc avec l'horloge fonctionnant à 165 MHz, cela signifie que les pixels ne peuvent pas être mis à jour plus rapidement que 79,6 fois par seconde.

Pour protéger la puce du pilote et maintenir les niveaux de puissance / chaleur bas, la plupart des moniteurs fonctionnent à un taux inférieur à celui-ci, et notre victime d'anatomie fonctionne normalement à 124 MHz. Les écrans avec plus de pixels ont cependant besoin d'horloges plus rapides, et si vous avez un grand moniteur 4K, votre horloge de pixels sera de 500 MHz ou même plus.

À ce stade, nous devrions vraiment parler de quelque chose appelé fréquence de rafraîchissement. Avant que les panneaux LCD ne deviennent la norme pour les moniteurs, des tubes à rayons cathodiques (CRT) étaient utilisés pour l'affichage – ceux-ci fonctionnent en tirant un faisceau d'électrons (particules subatomiques) sur une couche de matériau qui brillait lorsqu'elle était frappée par le faisceau.

La plupart des tubes cathodiques démarrent le faisceau dans le coin supérieur gauche de l'écran, puis travaillent sur une ligne, avant de revenir en arrière, selon un motif appelé scan raster. Une fois le motif terminé, le faisceau serait désactivé, puis pointé vers la position de départ.

Ce voyage de retour s'appelait le retracement vertical ou rafraîchir, et pendant ce temps, l'image sur l'écran commencerait à s'estomper. Pour l'utilisateur du moniteur, il ressentirait cela comme un léger scintillement, car de nombreux rafraîchissements verticaux auraient lieu chaque seconde.

Les panneaux LCD ne se fanent pas comme ça, mais le processus de dessin subit toujours un modèle et un retour similaires. Ils ne scintillent pas de la même manière qu'un CRT, mais plus le panneau peut dessiner une nouvelle image fréquemment, meilleure sera l'expérience de l'utilisateur.

C'est pourquoi toutes les spécifications du moniteur incluent le taux de rafraîchissement vertical (ou généralement juste le taux de rafraîchissement) pour une résolution donnée. Moins il y a de pixels à mettre à jour, plus le panneau peut redémarrer rapidement, c'est pourquoi nous constatons des taux de rafraîchissement plus élevés sur les petits moniteurs à basse résolution par rapport aux grands moniteurs 4K.

Normalement, le taux de rafraîchissement est fixe pour une résolution donnée, mais la plupart des derniers moniteurs offrent maintenant taux de rafraîchissement variable (VRR), où la puce du pilote d'affichage (avec une DRAM pratique) peut stocker puis modifier lorsqu'elle dessine une nouvelle image, en fonction du moment où le processeur graphique de l'ordinateur a envoyé une nouvelle image. Cette technologie doit être prise en charge par le moniteur et carte graphique, mais AMD et Nvidia proposent leur propre version de la même chose: FreeSync et G-Sync.

Pourquoi est-ce nécessaire? Eh bien, si le moniteur est occupé à dessiner une nouvelle image, tout comme la carte graphique envoie des données fraîches, l'image semblera divisée, à moins que les deux vues ne soient exactement les mêmes. C'est appelé déchirure et n'a pas l'air si chaud. VRR permet d'éviter que cela ne se produise, en s'assurant que le moniteur ne dessine qu'une image finie. L'inconvénient de cette fonctionnalité est qu'elle peut ajouter un peu de latence supplémentaire entre les images rendues et lorsqu'elles apparaissent finalement devant vous, et certaines formes de VRR ne fonctionnent que sur une plage étroite de taux de rafraîchissement.

Il convient également de noter que G-Sync de Nvidia nécessite l'utilisation d'une connexion DisplayPort pour presque tous les moniteurs pris en charge à quelques exceptions près, tandis que FreeSync, plus ouvert, est disponible via HDMI sur de nombreux écrans, ainsi que DisplayPort.

Quoi qu'il en soit, revenons à l'exploration des entrailles d'un moniteur …

Notre moniteur HP reste entièrement fonctionnel, même si le fait de séparer les panneaux LCD peut souvent les ruiner. Nous allons donc en sortir un autre de HP, mais celui-ci est déjà mort.

Il s'agit en fait de l'écran d'un ordinateur portable, mais le panneau n'est essentiellement pas différent de celui utilisé dans un moniteur. Les différences résident dans la localisation de tous les composants électroniques de support. Tirons-le et retournons-le:

Que pouvons-nous voir ici?

La chose la plus évidente est que le panneau a été fabriqué par Samsung, et c'est un autre TFT-LCD, mais nous pouvons repérer la puce du pilote d'affichage cachée sous un film protecteur. Étant donné que cela ne fonctionne plus, nous pouvons tout arracher et regarder de plus près.

Le nom de marque de la puce du pilote d'affichage indique WiseView, mais il s'agit en fait du propre produit de Samsung. Il n'y a rien d'autre ici, à part l'entrée de signal pour connecter le panneau à l'ordinateur portable (juste à droite du pilote) et les multiples bandes de fils qui accrochent la puce à l'écran. En bas à gauche du processeur d'affichage, la prise métallique est pour l'alimentation.

Apportez la lumière

Cet écran d'ordinateur portable a à peu près le même âge que celui de l'écran HP, mais une partie de sa conception le date un peu plus loin. Au lieu d'utiliser des diodes électroluminescentes (LED) pour produire la lumière de fond, il y a une seule lampe fluorescente à cathode froide (CCFL) le long du fond.

Eh bien, c'est était en bas, mais nous l'avons déchiré pour que vous puissiez le voir correctement!

Ceux-ci sont très bon marché à fabriquer, mais ils ne sont pas aussi écoénergétiques que les LED, et la lumière qu'ils produisent n'est pas non plus si grande.

Les rayons du soleil couvrent tout le spectre des couleurs (mais pas tous au même niveau) et sont classés comme lumière «blanche». Une lampe fluorescente peut sembler similaire, mais elle émet certaines couleurs très fortement, et le reste à un niveau très réduit. Si vous voulez que l'image sur un moniteur soit aussi naturelle que possible, cela doit être pris en compte et l'image affichée doit être ajustée en conséquence.

L'utilisation de LED permet d'atténuer le problème, car elles peuvent produire un spectre de lumière qui correspond plus étroitement à celui du soleil. Des entreprises telles que Toshiba ont dépensé des sommes considérables pour développer des LED encore plus proches, mais il faudra du temps avant de les voir utilisées dans tous les moniteurs.

La source de lumière contrôle également la luminosité globale du panneau d'affichage et elle est souvent indiquée en unités appelées lentes (l'unité SI est la candela par mètre carré, cd / m2, où 1 nit équivaut à 1 cdm2). Notre moniteur HP a une luminosité maximale de 250 nits, ce qui est raisonnable pour son âge et son utilisation prévue, alors que le panneau Samsung de l'ordinateur portable est de 185.

Des valeurs de luminosité plus élevées aident à améliorer la plage de contraste entre les couleurs sombres et claires, et pour certaines technologies d'affichage (telles que la plage dynamique élevée, HDR), il doit être de 1000 nits ou plus.

La majorité des moniteurs LCD et des téléviseurs vous permettent également de modifier la «  température '' de l'écran – vous ne rendez pas vraiment le panneau plus chaud ou plus froid, cependant. Au lieu de cela, vous essayez essentiellement de reproduire comment la lumière du soleil apparaît à différents moments de la journée. La partie température fait référence à la chaleur que la surface du Soleil devrait avoir pour que cette lumière se produise naturellement.

L'utilisation de LED peut rendre cela plus facile à réaliser, même si cela dépend du type de LED blanche utilisé.

Quelle que soit la source qui produit l'éclairage de fond du panneau LCD, il doit être réparti sur tout l'écran – dans le cas du cadavre de notre ordinateur portable, cela se fait à l'aide d'une épaisse couche de polymère, appelée plaque de guidage de lumière.

Avec toutes les couches de protection et les garnitures latérales retirées du panneau, nous pouvons maintenant voir comment l'écran est construit. Dans l'image ci-dessus, le haut est l'arrière de l'écran et serait normalement recouvert d'une couche de plastique blanc. La couche de polymère, pour diffuser la lumière de fond sur le panneau, comprend presque la moitié de l'épaisseur de l'ensemble.

Les couches inférieures de l'image sont l'écran à cristaux liquides lui-même, mais plusieurs feuilles de matériau sont prises en sandwich entre elles. La première feuille diffuse la lumière plus loin de la plaque de guidage, suivie de deux couches prismatiques pour disperser encore plus cette lumière.

Finalement, toute cette lumière diffusée et diffusée atteindra les couches extérieures de l'écran LCD réel: une structure composite de plusieurs sections. Le premier est une fine couche de verre, et son travail consiste à polarize la lumière provenant du CCFL ou des LED.

La polarisation oblige les ondes à être limitées à un seul plan de vibration – l'animation ci-dessous offre un moyen de visualiser cela, même si ce n'est pas tout à fait la même chose que ce qui se passe sur notre moniteur.

La toute dernière couche du sandwich LCD est également en verre et polarise également la lumière. Le plan des vibrations des deux tranches de verre est à 90 degrés l'une de l'autre et normalement, cela empêcherait complètement toute lumière de traverser le panneau – l'écran aurait l'air presque noir.

Mais entre ceux-ci est encore un autre sandwich. Celui-ci contient des milliers de petites poches remplies d'un composé: le soi-disant liquide Crystal. Cela polarise également la lumière: dans cette technologie LCD particulière, les molécules cristallines forment une structure torsadée (d'où le nom nématique tordu) et il «fait pivoter» la lumière pour qu'elle corresponde au plan de la dernière couche polarisante.

Ainsi, sans aucune interférence, la lumière des sources CCFL ou LED est dispersée et diffusée, puis polarisée et tordue, jusqu'à ce qu'elle ressorte de l'autre côté.

Ce que nous verrions est un écran blanc et pour obtenir un écran totalement noir, une tension est appliquée à travers les cristaux de telle manière qu'ils changent de plan de polarisation. Lorsqu'il est déphasé de 90 degrés, les cristaux ne laissent plus passer la lumière et deviennent presque complètement opaques.

Le niveau de tension utilisé détermine la quantité de lumière transmise par le panneau et comme il y a des milliers de poches de cristaux liquides, le contrôle de toutes ces dernières doit nécessiter un nombre important de connexions. Nous pouvons le voir dans notre étude de cas – par exemple, il y a plusieurs traces qui courent autour du bord du panneau:

Et ceux-ci sont connectés au pilote d'affichage via un certain nombre de rubans, qui sont en fait des circuits imprimés flexibles – chacun contient une longue puce mince pour gérer les tâches de signalisation. Pour réduire les coûts, les connecteurs sont légèrement collés au circuit imprimé principal, bien que cela rende le tout très fragile!

En fin de compte, toutes ces traces forment un réseau entrecroisé de connexions et reliées à tous sont les pixels individuels – les poches de cristaux liquides. Tenir le panneau devant une fenêtre les montre clairement ainsi que la grille de traces:

Les lecteurs aux yeux perçants ont peut-être repéré quelque chose ici: chaque pixel semble avoir plusieurs couleurs. En fait, ils le font! Chaque pixel de l'écran est composé de 3 sous-pixels, et ils ont un filtre de couleur qui leur est appliqué: rouge, vert et bleu (RVB).

RVB est le format standard pour les téléviseurs et les moniteurs depuis, eh bien, toujours et fournit des combinaisons suffisantes pour donner une représentation assez précise des couleurs réelles. Allons-y tout NCIS et améliorer!

Cet agencement de sous-pixels est appelé un bande verticale et la plupart des moniteurs à écran large utilisent ce modèle. D'autres écrans LCD, tels que ceux des smartphones, utilisent souvent une disposition horizontale ou même un ensemble à angles. Il s'agit de la façon dont le moniteur / écran sera normalement réglé: c'est-à-dire portrait ou paysage.

Rappelez-vous maintenant qu'il s'agit d'un TFT-LCD, un transistor à couche mince panneau. Cela nous indique qu'il y a une couche microscopique de silicium, si fine que la lumière passe facilement à travers, sur toute la grille. Pour chaque sous-pixel, un seul transistor est fabriqué dans le film, pour appliquer la tension pour commuter les cristaux.

C'est ahurissant à quel point toutes ces pièces sont petites. Dans notre panneau Samsung, il y a 6 220 800 sous-pixels dans une zone inférieure à 110 pouces carrés (710 centimètres carrés). Cela signifie que chaque sous-pixel couvre une superficie de 0,000018 pouce carré (0,0011 millimètre carré)! C'est aussi sur un ordinateur portable de 7 ans – Imaginez à quel point ils sont petits dans un ordinateur portable 4K moderne.

La toute dernière partie de l'ensemble de l'écran LCD est une feuille de protection, généralement en verre, qui a été recouverte d'une fine couche de polymère pour réduire les reflets (connue sous le nom de anti-éblouissement). Tout cela doit être assez dur pour ne pas se fissurer facilement, mais aussi assez dur pour éviter les rayures.

Les panneaux ne le font pas avoir être plat non plus. Les téléviseurs et moniteurs incurvés, en particulier ceux destinés aux amateurs de jeux, ont souvent un certain degré de courbure. Le raisonnement derrière cela est que cela est censé augmenter le sentiment d'immersion dans les images, mais cela dépendra beaucoup de l'endroit où vous vous asseyez et de ce que l'écran montre.

Le diagramme ci-dessus montre 3 des courbures les plus fréquemment utilisées – le noir est plat, le bleu est 1800R, le vert est 1500R et le rouge est 1000R.

Le nombre correspond au rayon du cercle auquel le panneau s'adapte, mesuré en millimètres, donc 1500R serait un cercle de rayon de 59 pouces. Naturellement, tout cela est plus coûteux à fabriquer, de sorte qu'une version incurvée d'un moniteur standard est généralement vendue à un prix plus élevé.

Aussi incroyable que soient les panneaux LCD, il y a des inconvénients à toute cette merveilleuse technologie. En commençant par la source de lumière d'arrière-plan (ou rétro-éclairage, pour faire court). Vous pourriez penser qu'il reste allumé en permanence, parce que les cristaux liquides bloquent la lumière, mais ils sont en fait pulsés, très rapidement pour améliorer la qualité de la couleur perçue. Malheureusement, cette pulsation fait légèrement scintiller tout l'écran, et pour certaines personnes, cela peut être vraiment gênant; il ajoute également du flou aux images en mouvement. Les moniteurs de meilleure qualité essaient de pulser à des fréquences très élevées, pour réduire le problème, ou synchroniser l'impulsion avec le rafraîchissement vertical (commercialisé sous le nom de réduction du flou de mouvement).

Un autre problème est que l'éclairage d'arrière-plan peut saigner à travers les bords du panneau LCD et entre les pixels eux-mêmes, bien que là encore, des moniteurs de meilleure qualité essaient de le réduire. Et en parlant des pixels, la plupart des panneaux TFT-LCD, en particulier ceux TN, ont une limite au nombre de bits pour représenter une couleur.

Cela est principalement dû au système utilisé pour transférer les données d'image. Notre ancien panneau d'ordinateur portable Samsung, comme beaucoup d'autres, utilise un signal différentiel basse tension (LVDS) pour transmettre les couleurs rouge, verte et bleue. C'est rapide et nécessite très peu de puissance, mais celui utilisé ici ne propose que 6 bits pour une couleur. C'est moins de 8 ou 10 bits utilisés par de nombreuses puces graphiques, et cela se traduit par des couleurs tachées et des dégradés visibles.

Une solution à cela est quelque chose appelé contrôle de la fréquence d'images (FRC), où les couleurs sont cyclées entre des images successives, pour donner l'impression qu'il y a une plus grande gamme de couleurs affichées, qu'il n'y en a réellement. Heureusement, la plupart des panneaux TN décents utilisent aujourd'hui LVDS 8 bits, bien que certains utilisent encore FRC pour affirmer que le modèle offre des couleurs «10 bits».

Il ne s'agit pas seulement de tordre les cristaux

Les panneaux TFT-LCD dominent à peu près l'industrie de l'affichage et peuvent être trouvés dans les moniteurs, les téléviseurs, les téléphones, les tablettes, les écrans de voiture, etc. Mais ce n'est pas la seule technologie disponible.

Les téléviseurs et les moniteurs sont parfois classés comme étant des écrans LED, mais uniquement parce que les rétroéclairages ne sont pas des CCFL. Les véritables écrans LED utilisent un ensemble de diodes électroluminescentes pour les pixels, mais ils ne sont en réalité utilisés que pour les très grands écrans d'information et ont tendance à consommer beaucoup d'énergie.

Les OLED (LED organiques) sont meilleures à cet égard, et les écrans qui les utilisent peuvent être trouvés dans l'industrie des smartphones et sont également populaires dans les téléviseurs haut de gamme. Les écrans LED / OLED ont une reproduction des couleurs supérieure et des niveaux de noir authentiques par rapport aux écrans LCD, car ils n'utilisent aucun type de lumière de fond. Les pixels eux-mêmes émettent l'image et ils peuvent s'allumer et s'éteindre beaucoup plus rapidement qu'un cristal liquide ne peut se tordre. L'inconvénient est qu'ils ne sont pas aussi brillants que les panneaux LCD et qu'ils ne durent pas aussi longtemps; à mesure qu'elles se dégradent, les images peuvent être «  collées '' en permanence (un problème connu sous le nom de brûler).

Des entreprises telles que Samsung, LG et Sony ont investi massivement pour résoudre ces problèmes dans une autre technologie émergente appelée microLED. Ce sont essentiellement comme les sources lumineuses que nous voyons tout autour, mais ils sont beaucoup plus petite. Les premiers développements ont montré qu'ils ont le potentiel d'être plus lumineux et plus robustes que les OLED, et offrent toujours des performances ultra rapides, mais il reste encore de nombreux problèmes de production à résoudre avant qu'ils ne deviennent courants.

Il y a vingt ans, les moniteurs LCD étaient encore très chers, malgré un boom des ventes et une forte baisse des prix. Dans cette leçon d'anatomie, nous pouvons voir pourquoi: ce sont des structures extrêmement complexes, remplies de milliers de composants fragiles et minuscules. Leur fabrication, de manière fiable et bon marché, a pris des décennies à les perfectionner. Mais perfectionnez-le et vous pouvez maintenant obtenir des écrans magnifiques, pour vous régaler les yeux, pour le même prix qu'un SSD de taille moyenne ou une carte graphique bas de gamme.

Aujourd'hui, les moniteurs contiennent des millions de pixels, qui peuvent s'actualiser à des taux extrêmement élevés, le tout enveloppé dans des cadres élégants. Si vous n'avez pas mis à jour votre moniteur depuis un certain temps, oubliez de vous offrir un nouveau processeur, optez plutôt pour un bel écran!

Et avec cela, rangons le théâtre (en jetant tous les éléments de l'ordinateur portable dans une boîte) et préparons-nous pour notre prochaine plongée dans les tripes de la technologie commune, alors restez à l'écoute pour en savoir plus.

Raccourcis d'achat:
  • URMET Boitier d'encastrement pour Moniteur AIKO - ref 1716/60 - pour Kit Note Urmet
    Boitier d'encastrement pour moniteur AIKO - Urmet - 1716/60 Kit comprenant: - Le boîtier d'encastrement, - Un enjoliveur blanc, - Un enjoliveur noir - Les vis de fixation. Dimensions : Façade (HxLxE) : 202 x 172 x 5 mm / Encastrement (HxLxP) : 190 x 160 x 57 mm
  • LIFTMASTER Moniteur de porte 829EV, piloter et surveiller vos motorisations d'un seul clic
    Electricité Domotique, automatismes et sécurité Motorisation de garage Kit de motorisation de garage LIFTMASTER, Descriptif Moniteur de porte de garage 829EV pour piloter et surveiller jusqu'à 4 portes de garage de n'importe quel coin de la maison. La lampe LED verte ou rouge indique si la
  • COMELIT Boîte d'encastrement pour moniteur Maxi - COMELIT 6817
    Optez pour la Boîte d'encastrement pour moniteur maxi de chez Comelit ! Les + : Dimensions : 212x115x50 mm Couleur : Noir Garantie 2 ans Fabriqué en Italie Plastique ABS Noir Ce boîtier d'encastrement est uniquement pour les moniteurs maxi.
  • URMET Boîtier d'encastrement pour moniteur MODO 1723/60 URMET
    Boitier d'encastrement pour moniteur 7" URMET Pour moniteur MODO 7" du kit NOTE 2. Kit comprenant le boîtier d'encastrement plastique, un enjoliveur blanc en ABS et les vis de fixation. Dimensions : façade (HxLxE) : 180 x 240 x 5 mm. Encastrement (HxLxP) : 165 x 225 x 41 mm
  • EVE Station météo EVE Moniteur de Temperature et d'humidité
    Eve Degree - Station météo connectée - Compatible HomeKit - Température - Humidité - Pression atmosphérique - Protection IPX3 pour l’étanchéité à l’eau - Confidentialité absolue des données - Configuration facile - Découvrez un capteur météo intelligent qui s’intègre parfaitement à votre quotidien. Profitez
  • Evoya - Moniteur vidéo 4 fils avec mémoire d'images
    Electricité Domotique, automatismes et sécurité Interphone et sonnette de porte Interphone EVOYA, Moniteur vidéo supplémentaire pour portier biométrique E601, C601, C201 et I601 L'ajout d'un second écran ne nécessite que le passage de quatre fils pour communiquer entre le moniteur 1 et le moniteur 2. Le

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *